HAUT
Me Ingelaere Avocat
Votre Avocat en Droit Public à Paris et Lyon
122, rue du Faubourg Saint Honoré 75008 Paris
129 rue Servient - Buro Club Tour Part-Dieu 69003 LYON
Me Ingelaere Avocat - Téléphone07 81 14 93 30 - Contacter le cabinet

Le rôle de l'avocat en contentieux électoral

L'organisation des élections est l'une des missions les plus importantes des municipalités. Cette organisation est régie par un ensemble de règles définies dans le code électoral. En raison des enjeux importants, les recours contre les élections sont relativement nombreux. Ce domaine très spécifique du droit requiert l'intervention d'un avocat en contentieux électoral. En effet, les règles et procédures et la jurisprudence sont complexes à maîtriser et nécessitent une véritable expertise. De plus, de nouvelles problématiques sont apparues ces dernières années, notamment avec l'introduction des machines à voter.

Contentieux électoral

La contestation des élections municipales

L'un des contentieux électoraux les plus fréquents est la contestation des résultats d'une élection. Suivant le type d'élection, l'autorité compétente n'est pas la même : les contentieux des élections présidentielles, européennes et législatives relèvent du Conseil constitutionnel, tandis que les élections municipales, départementales et régionales relèvent des juridictions de l’ordre administratif (tribunal administratif, cour administrative d'appel et Conseil d’État).

De nombreuses contestations portant sur les élections municipales, c'est ce cas qui sera plus spécifiquement développé dans cet article.

Qui peut contester une élection municipale ?

Pour contester les résultats d'une élection municipale, il faut justifier d'un intérêt à agir. Cela concerne les personnes physiques suivantes :

  • tous les électeurs inscrits sur les listes électorales de la commune;
  • tous les candidats à l'élection, y compris celui qui a été déclaré élu;
  • le préfet, uniquement si la contestation porte sur le non-respect des règles électorales.

En revanche, les personnes morales telles que les partis politiques ou les associations ne peuvent pas contester une élection.

Comment contester une élection ?

Pour contester les résultats d'une élection, les personnes justifiant d'un intérêt à agir doivent déposer un recours au greffe du tribunal administratif dont dépend la commune. Il est également possible de déposer le recours à la sous-préfecture ou à la préfecture, le préfet se chargeant alors de l'enregistrement au greffe.

Le recours doit obligatoirement comporter les éléments suivants :

  • nom, prénom, adresse et signature du requérant;
  • désignation de l'élection concernée;
  • description des irrégularités constatées;
  • demande précise et sans ambiguïté concernant l'issue de la procédure : proclamation d'un autre candidat ou annulation de l'élection.

Il est extrêmement important que la demande soit formulée de façon parfaitement claire, au risque que le recours soit considéré comme irrecevable. Le concours d'un avocat en élections municipales est très utile pour rédiger le recours.

Quels sont les délais applicables en matière de recours contre une élection municipale ?

Le recours, appelé protestation électorale, doit être déposé au plus tard à 18 heures le cinquième jour qui suit l'élection. Sachant que les élections se déroulent traditionnellement le dimanche en France, le délai expire le vendredi à 18 heures.

Le préfet, quant à lui, dispose d'un délai de quinze jours à partir de la réception du procès-verbal pour former un recours.

Une fois la protestation enregistrée, elle doit être notifiée dans les trois jours à l'élu ou aux élus concernés par ce recours. Ils disposent à nouveau d'un délai de cinq jours pour réagir en déposant une défense au greffe du tribunal administratif.

Quel est le temps de traitement d'un recours devant le tribunal administratif ?

Le tribunal administratif est tenu de rendre sa décision dans un délai de deux mois. À défaut, il est dessaisi et la décision revient au Conseil d’État.

La décision du tribunal doit être notifiée aux élus concernés dans un délai de huit jours. Les parties concernées et le préfet disposent alors d'un délai d'un mois pour contester cette décision devant le Conseil d’État.

Quels sont les pouvoirs du juge du tribunal administratif en matière de contentieux électoral ?

Le juge du tribunal administratif peut prendre diverses mesures dans le cadre de la contestation des résultats d'une élection.

La rectification des résultats de l'élection.
Si le juge administratif est à même de déterminer avec certitude les bénéficiaires légitimes des voix sur lesquelles porte le contentieux, il peut corriger les erreurs de comptage et proclamer les nouveaux résultats.

L'annulation partielle ou totale de l'élection.
Le juge peut être amené à annuler l'élection s'il ne dispose pas des éléments permettant d'établir un décompte fiable des voix. Cette annulation peut porter sur l'ensemble du scrutin, ou sur l'élection de certains membres d'une liste uniquement.
Il peut également décider l'annulation de l'élection s'il considère qu'elle a été entachée d’irrégularités de nature à remettre en cause la sincérité du scrutin : diffusion de tracts diffamatoires, existence d'un climat de violence, pressions exercées sur les électeurs...

La déclaration de l'inéligibilité d'un candidat
En cas d'irrégularité des comptes de campagne ou de manœuvres frauduleuses, le juge peut déclarer un candidat inéligible pour une durée maximum de trois ans.

Que se passe-t-il dans l'attente de la décision du tribunal administratif ?

Il faut savoir que le dépôt d'une protestation électorale n'a pas d'effet suspensif de l'élection concernée. Cela signifie que les élus conservent leurs responsabilités jusqu'à la décision finale du tribunal administratif. Cependant, en cas d'appel de cette décision devant le Conseil d’État, les élus sont suspendus de leurs fonctions jusqu'à la fin de la procédure.

Pour quelles raisons peut-on faire un recours contre une élection ?

Les contentieux électoraux se divisent en quatre grandes catégories :

  • le contentieux portant sur la révision des listes électorales;
  • le contentieux relatif à l’éligibilité;
  • le contentieux portant sur les comptes de campagne;
  • la contestation des résultats des élections.

Certains contentieux relèvent des tribunaux de l'ordre judiciaire (tribunal d'instance, tribunal de grande instance), notamment ceux qui portent sur les inscriptions et radiations sur les listes électorales ou sur les fraudes électorales. Les autres relèvent du tribunal administratif.

Le contentieux des listes électorales

Les litiges portant sur les listes électorales dépendent soit du juge d'instance soit du juge administratif. Ils peuvent apparaître au moment de la révision des listes électorales, mais également dans le cadre de la contestation du résultat d'une élection.

Le contentieux de la révision des listes électorales.
Le juge d'instance est compétent pour tout ce qui touche à la qualité d'électeur. Il peut être saisi par un électeur qui s'est vu lui-même radier des listes ou refuser son inscription, ou qui conteste l'inscription ou la radiation d'un autre électeur. Son rôle est de s'assurer que l'électeur présente toutes les caractéristiques pour être inscrit sur la liste électorale d'une commune , à savoir être de nationalité française, être majeur, être titulaire de ses droits civiques et être résident, domicilié ou contribuable dans la commune.
Le juge administratif, quant à lui, contrôle la légalité des opérations de révision. Le préfet peut ainsi le saisir s'il estime que les listes n'ont pas été établies conformément à la procédure : insuffisance dans les travaux de la commission administrative, absence de certaines informations dans le registre des électeurs...

Le contentieux des listes électorales dans le cadre de la contestation du résultat d'une élection.
Le recours contre les résultats d'une élection peut s'appuyer sur l'irrégularité de la constitution des listes électorales. Pour cela, il doit démontrer l'existence d'une manœuvre ou d'une irrégularité de nature à avoir affecté le résultat de l'élection. Si l'irrégularité est démontrée, mais n'a pas changé le résultat du scrutin, celui-ci ne sera pas annulé, même si la fraude est avérée.

Le contentieux de l'éligibilité

Certaines situations peuvent déboucher sur une inéligibilité d'un candidat ou d'un élu. De nombreux crimes et certains délits donnent lieu à une telle décision. Les fraudes électorales sont également souvent sanctionnées d'une peine d'inéligibilité dont la durée peut aller jusqu'à trois ans. Cette inéligibilité peut également être prononcée a posteriori pour un candidat déjà élu, et s'accompagne alors d'une annulation de l'élection.

Le contentieux des comptes de campagne

En France, le financement des campagnes électorales obéit à des règles strictes. Par exemple, un candidat ne peut accepter de dons d'une personne morale (entreprise, association, syndicat...). Dans le cadre des élections municipales, les candidats doivent respecter une série d'obligations dès lors que la commune compte plus de 9 000 habitants. Ils peuvent également prétendre à un remboursement partiel de leurs frais de campagne.

La vérification des comptes de campagne, leur approbation, leur réformation ou leur rejet font l'objet de divers litiges.

La contestation des résultats d'une élection

La contestation des résultats d'une élection peut s'appuyer sur de nombreuses raisons : défauts dans l'aménagement du bureau de vote, irrégularités dans la désignation des assesseurs, irrégularités dans la procédure de dépouillement, erreurs dans le décompte des voix, irrégularités dans la définition des bulletins nuls...

Le rôle de conseil de l'avocat en contentieux électoral auprès des élus

Les candidats et les élus ont tout intérêt à faire appel à un avocat en contentieux électoral pour se faire accompagner dans tout le processus électoral. L'avocat a un rôle de conseil, et effectue toutes les démarches pour son client en cas de contentieux.

Le conseil dans la préparation des élections

L'avocat en élections peut conseiller la municipalité et les candidats dans la gestion de la communication électorale (affichage, distribution de tracts, réunions publiques...), ainsi que dans le domaine du financement de la campagne. Il peut également apporter ses conseils dans la procédure de révision des listes électorales.

De plus, l'avocat en contentieux électoral conseille les municipalités dans l’organisation des opérations de vote : préparation du bureau de vote, désignation des assesseurs, mise en place du vote électronique... Ce conseil permet de faire en sorte que ces différentes opérations se déroulent en accord avec ce qui est prescrit par la loi. Il réduit donc considérablement le risque de contentieux liés à ces opérations.

Le contentieux électoral

Dans le cadre du contentieux, les élus ont également tout intérêt à s'adjoindre les services d'un avocat. Celui-ci les accompagne tout au long de la procédure, notamment pour faire appel de la décision rendue par le tribunal administratif.

De plus, un contentieux électoral peut avoir de lourdes conséquences, par exemple lorsqu'un candidat est déclaré inéligible suite à une accusation de fraude. L'avocat est aux côtés de son client pour éviter qu'une telle décision ne soit prononcée.

Enfin, certaines irrégularités, notamment dans la constitution des listes électorales, peuvent amener le préfet à saisir le parquet. Cela constitue un contentieux pénal, qui peut aboutir à des amendes et à des peines d'emprisonnement. De telles procédures sont rares, mais elles nécessitent de faire appel à un avocat .

Pourquoi faire appel à un avocat en élections municipales pour vous accompagner dans un contentieux électoral ?

Précisons que le recours à un avocat n'est pas obligatoire pour la contestation des élections devant le tribunal administratif ou le Conseil d’État. Cependant, se faire accompagner par un avocat en contentieux électoral vous permet de respecter toutes les règles de cette procédure et d'augmenter considérablement vos chances de la voir aboutir.

Une procédure aux règles complexes à maîtriser

La contestation des résultats d'une élection doit respecter des règles strictes.
Notamment, le contenu de la protestation doit être rédigé selon un formalisme précis, afin de ne laisser aucun doute sur ses raisons et sur la décision demandée.
Il faut également savoir que cette protestation doit être complète. Les éléments nouveaux apportés après le délai de recours seront systématiquement jugés irrecevables. De plus, le tribunal ne doit normalement statuer que sur les demandes du requérant. Cela signifie par exemple que si celui-ci a seulement demandé l'annulation de l'élection de l'un des membres du conseil, le tribunal s'en tiendra à cette décision même si les faits présentés justifieraient une annulation totale du scrutin.
Enfin, la charge de la preuve repose sur le requérant. Cela signifie que vous devez pouvoir présenter un maximum d’éléments allant dans le sens de votre demande. Le tribunal n'est pas tenu d'investiguer pour mettre au jour d'autres éléments.

Le rôle de l'avocat en élections

Se faire accompagner par un avocat en élections permet de mettre toutes les chances de votre côté pour que la procédure aille à son terme et aboutisse à la décision que vous souhaitez. Il utilise sa connaissance approfondie du code électoral et de la jurisprudence pour estimer s'il est opportun de déposer une protestation électorale. Il estime ainsi les risques qu'elle soit déclarée irrecevable, et ses chances d'aboutir.

Ensuite, il examine attentivement tous les éléments de nature à appuyer cette contestation, dans le but de démontrer que l'irrégularité est de nature à modifier les résultats de l'élection. Enfin, il rédige la protestation en respectant toutes les règles permettant de la voir aboutir.




Avocat depuis près de dix ans, Me Ingelaere pratique exclusivement le droit public. Il a intégré en 2017, puis à nouveau en 2018 le classement des meilleurs avocats français en droit public des affaires (décideurs magazine). En janvier 2019, son cabinet a été élu meilleure firme juridique française pour sa stratégie de croissance aux Trophées du droit Paris. Le cabinet possède trois bureaux, à Paris (Rue du Faubourg Saint Honoré) à Lille et Arras.
La clientèle comprend des Régions françaises, des collectivités territoriales, des établissements publics, des chambres d'agricultures, CCI, Chambres de métiers et de l'artisanat, des associations métropolitaines et ultramarines, des syndicats, des groupes politiques, des particuliers, des entreprises et des start-up. Le cabinet est précurseur dans l’analyse et le conseil des collectivités quant à la mise en place des villes intelligentes, de la blockchain et des futures ICO au profit des acteurs publics. L’analyse du cabinet et son positionnement sont d’ailleurs reconnus par les revues spécialisées et acteurs de ce domaine émergent. Me Ingelaere collabore sur ces sujets à la fois avec les collectivités territoriales mais également avec les startups.

 

best law firm 2020
best law firm 2019
best law firm 2018
décideurs magazine 2017
trophées du droit 2019
grand prix médiation 2014

Nous contacter :

Votre message a été envoyé !
Nous vous recontacterons dans les meilleurs délais.